Prépa architecture Préparation aux écoles d'architecture

Boostez votre culture générale à la veille des épreuves : Le Corbusier, un génie visionnaire ?

Une personnalité controversée

            Son nom est sur toutes les lèvres dès qu’il s’agit de parler de l’architecture moderne au XXè siècle : père de la nouvelle pensée du logement social, ses réalisations sont souvent critiquées pour leur parenté avec l’univers carcéral. Si certains voient en lui un génie qui a permis de débloquer la pensée de l’espace pour s’adapter à la surpopulation des grandes villes, d’autres regrettent une esthétique fonctionnaliste qui serait plus grise que « radieuse »[1].

            De son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret-Gris, il commence sa carrière en s’opposant au cubisme et en défendant une architecture moderne appuyée sur un langage nouveau, en rupture avec la pensée traditionnelle de l’espace : Le Corbusier donne ses lettres de gloire à la construction verticale[2]. Il adopte le surnom « Le Corbusier » lors de ses premières publications dans la revue l’Esprit Nouveau ; ce pseudonyme fait référence à son ancêtre albigeois Lecorbésier, ainsi qu’au peintre Le Fauconnier[3]. Les cinq piliers du langage architectural proposé par Le Corbusier sont les suivants : plan libre, façade libre, pilotis, toit-terrasse et fenêtre en longueur. Il propose une méthode de construction rationnelle et industrialisable[4]. Son matériau fétiche est le béton : économique, très résistant[5], sa durée de vie est quasiment illimitée. Quatre avantages le caractérisent : l’inertie thermique, la résistance à la compression et la résistance au feu, la recyclabilité.

 

La villa Savoye : première réalisation marquante

            Avis aux Parisiens : faites un tour à la Villa Savoye ! Elle est très représentative du nouveau langage proposé par Le Corbusier ; vous pourrez en parler lors de votre entretien d’admission en école d’architecture. La référence à un bâtiment véritablement visité vaut infiniment mieux que la mention d’une connaissance au moyen d’internet : nombreux sont ceux qui ont entendu ce nom – la Villa Savoye – et qui sauraient en avoir une image mentale plus ou moins précise, mais en vous rendant sur place vous en garderez un souvenir plus intéressant, et plus riche pour un éventuel commentaire.

villa_savoie2

 Adresse : 82 Rue de Villiers, 78300 Poissy, France

 

Le Corbusier vu par lui-même…

            « Là où naît l’ordre, naît le bien-être. » nous confie Le Corbusier : ces mots nous éclairent sur sa démarche architecturale, et sur la simplicité assumée de ces réalisations[6]. Son architecture moderne peut s’appliquer à des logements sociaux comme à des bâtisses luxueuses, aussi il défend l’égalité du droit au logement décent pour tous, en proposant une solution économique qui est le fruit d’une pensée de l’urbain.

« Les matériaux de l’urbanisme sont : le soleil, l’espace, les arbres, l’acier, le ciment dans cet ordre et dans cette hiérarchie. » L’architecture de Le Corbusier est épurée, celui-ci se dispense de l’ornement pour ne garder que l’essentiel : une intégration optimisée dans un paysage existant, sous une forme lisse et organisée. A l’ordre surprenant qui règne dans la nature répond un ordre dans la construction produite de la main de l’homme.

 

Une optimisation de l’espace

Le Corbusier introduit la dimension verticale dans la pensée de l’espace : en étirant ses bâtiments par le haut, il augmente significativement leur capacité maximale ; ainsi la Cité radieuse de Rezé (ou Maison radieuse) peut accueillir un maximum de 1400 habitants, quant la norme reste encore la maison individuelle.

cité radieuse

Boulevard Le Corbusier, 44400 Rezé

Aux Nantais : foncez ! « Les visites pour les individuels ont lieu à présent le mercredi à 16h et le samedi matin à 9h30 et 11h. » Pour les autres, vous pouvez faire un tour sur le site internet de la Maison radieuse, qui propose une visite virtuelle : http://www.maisonradieuse.org/decouvrir/decouvrir.html

 

 

Les héritiers du maître

La pensée du bâti a-t-elle disparu avec son inventeur, lors de sa tragique noyade en août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin ?

Le Corbusier déclarait en 1922 à Auguste Perret: « En architecture, je ne serai jamais l’un de vos concurrents, puisque j’ai renoncé, pour divers motifs, à pratiquer l’architecture d’une manière générale et que je ne me suis réservé que certains problèmes qui mettent en jeu exclusivement des questions de plastique. » Ce positionnement plastique explique peut-être la difficulté à tracer une ligne d’héritiers naturels de Le Corbusier, qui auraient repris ses principes majeurs. Autodidacte, sans inspiration clairement définie, l’architecte se trouve orphelin d’héritage posthume : après sa mort, la rationalisation du bâti qu’il avait proposée se trouve reprise uniquement pour le logement social – pensons à la Cité des 4000[7], tout en  verticalité et en optimisation de l’espace ; très vite critiqué, ce mode d’occupation de l’espace est abandonné dans les années 1980, et en 1986, on fait imploser la barre Debussy, début de la requalification de ce quartier.

les 4000 à la Courneuve Portfolio Michel Derouault, Département 

La cité des 4000

Une voie de réintroduction de Le Corbusier pourrait être la tendance du développement durable ; Le Corbusier avait décrit la maison comme « une machine à habiter », et si l’on prend soin de replacer cette phrase dans son contexte, on comprend qu’il s’agissait déjà de profiter de l’écosystème environnant pour assurer les besoins en énergie d’une maison : l’architecture moderne avait en puissance les considérations écologiques qui font recette aujourd’hui, et il convient de montrer aux étudiants ce lien entre modernisme et souci de l’environnement.[8]

 

Le saviez-vous ?

Outre l’héritage architectural colossal qu’il a laissé, Le Corbusier a aussi marqué la littérature et la peinture : il a travaillé à la théorisation de ses productions et de sa vision du bâti, et s’est beaucoup consacré à la réalisation de nus féminins. Il confectionne aussi des collages, ce qui donne des œuvres très stylisées, graphiques, aux couleurs souvent peu mélangées ; Le Corbusier aime à utiliser les couleurs primaires à l’état pur, tout comme il ne cherche pas à transformer le béton dans ses bâtiments. Il respecte la simplicité du matériau et celle de la couleur.

 

Le corbusier peinture[9]

 

Testez-vous !

 

1. Quel est le vrai nom de Le Corbusier ?

 

2. Quel fameux bâtiment conçu par Le Corbusier se situe à Poissy ?

 

3. Quels sont les cinq piliers de la nouvelle architecture qu’il propose ?

 

4. A quelle esthétique s’oppose-t-il au début de sa carrière ?

 

5. Quel est son matériau fétiche ?

 

 

1. Charles-Edouard Jeanneret-Gris

2. la Villa Savoye

3. plan libre, façade libre, pilotis, toit-terrasse et fenêtre en longueur

4. le cubisme

5. le béton

 

 

 

[1] La cité Radieuse