Prépa architecture Préparation aux écoles d'architecture

Intégrer une école d’architecture: lettre de motivation, mode d’emploi

La rédaction d’une lettre de motivation ne s’improvise pas : elle requiert de la méthode, et non une simple inspiration. Autrement dit, pas la peine de fixer intensément l’écran de votre ordinateur en attendant que vos doigts galopent soudainement et achèvent cette tâche souvent ingrate ! Voici quelques pistes pour vous aider dans la rédaction de la lettre qui fera peut-être de vous un futur étudiant en école d’architecture.

 

Les règles de base à respecter

Il y a d’abord des contraintes propres à toute lettre de motivation : le registre de langue doit être soutenu, sans pour autant paraître pédant. Ainsi on évitera « J’aimerais vraiment entrer dans votre école », et on préfèrera « Je souhaiterais vivement rejoindre votre école » : c’est tout bête, mais dès lors qu’une phrase a l’air trop orale, méfiez-vous ! Si cela arrive, cherchez un équivalent plus littéraire, que vous pourriez trouver sans étonnement dans un roman.

 

Ensuite, on ne raconte pas sa vie ! La lettre de motivation est certes plus personnalisée que le CV, elle permet au jury ou au recruteur de mieux vous connaître, mais pas besoin qu’il sache que vous avez deux chats et un poisson rouge : toute référence à une expérience personnelle ou à un trait de caractère doit amener un élément intéressant. Par exemple, si parler d’une passion est en lien avec un engagement associatif, cela vaut le coup d’en faire mention dans la lettre : prenons un étudiant qui se dit très intéressé par la littérature, il peut parler de son appartenance à un atelier d’écriture et expliquer en quoi cela est un atout pour son profil. En bref, toujours lier une information avec l’apprentissage qu’elle a apporté.

 

Enfin, attention à l’orthographe et à la grammaire : rares sont les lettres de motivation sans faute, aussi, pour faire la différence, montrez que vous êtes rigoureux. Vous avez le temps que vous souhaitez pour rédiger votre lettre et la faire relire, ce n’est pas comme une épreuve du bac, alors laisser des coquilles, ce serait montrer une certaine nonchalance qui ne peut que déplaire au jury… Un conseil : faites relire la lettre plutôt deux fois qu’une, par des personnes différentes.

 

Séduire : pas de recette miracle !

Bien sûr, il y a la théorie, les règles, les conseils, mais il ne faut pas oublier que le hasard joue aussi une grande part dans la réception de votre lettre : la personne qui vous lit peut être un homme, une femme, passionné de musique ou de vélo, amateur de poésie ou réticent aux élans lyriques ; ainsi vous prenez le risque de froisser votre lecteur si vous êtes trop spécifique.

 

La bonne nouvelle : non, ceci n’est pas une recette miracle, mais cet article vous aidera à mettre toutes les chances de votre côté en prenant le moins de risques possible. Une règle simple à respecter : ne critiquez jamais une attitude, un domaine, une activité, mais mettez plutôt en avant ce qui vous plaît dans le versant opposé à celle-ci. Au lieu d’écrire « J’ai suivi la filière scientifique au lycée parce que je n’aimais pas le français », soulignez plutôt votre goût prononcé pour les matières scientifiques – ce qui sera par ailleurs un atout indéniable pour les cours de construction que vous suivrez en école d’architecture.

 

Néanmoins, il faut montrer votre différence, et ne pas chercher à tout dire : ce n’est pas parce que vous citez dix passions que vous avez dix fois plus de chance de plaire, en pariant qu’une des dix sera partagée par votre lecteur. Si quelqu’un parle de dix passions dans sa lettre, on pensera qu’il n’est pas sincère et qu’il cite ce qu’il pense bien vu par le jury : ne donnez pas cette image de vous ! Une passion, cela suffit amplement : vous pouvez en tirer beaucoup d’éléments, et il vaut mieux parler longuement de quelque chose qui vous tient vraiment à cœur, qui vous caractérise plutôt que de broder sur des sujets que ne vous ne maîtrisez pas. Mettez-vous à la place du jury : il n’y a aucune raison de pénaliser quelqu’un qui est passionné d’informatique, même si on n’est personnellement pas attiré par les technologies. Voyez la différence : jamais un lecteur ne peut s’offusquer d’une passion qu’il ne partage pas, alors qu’il se froisserait de lire une critique sur une activité qu’il aime pratiquer.

 

En bref : tout ce qui est négatif (critique, jugement) est à prohiber dans une lettre de motivation.

 

Restez vous-mêmes et parler de vos échecs

Sans être négatif, il est très stratégique de parler de ses échecs : ceux-ci seraient, dit-on, beaucoup plus formateurs que les réussites. Parler de ses échecs est en tout point profitable : vous faites preuve de transparence – ne négligez pas le goût du jury pour la sincérité du candidat – et vous montrez que vous savez tirer profit d’une expérience censée être pénalisante.

 

Un exemple : « J’ai oublié ma réplique au beau milieu d’une pièce de théâtre que nous avions préparée durant toute l’année ; j’ai paniqué, par peur de faire échouer un projet d’un an et de décevoir mes camarades. Au bout de quelques secondes, j’ai fini par improviser une nouvelle réplique, et mon partenaire sur scène a déclamé la réponse correcte : j’ai compris tout l’intérêt de construire un projet en groupe ; chacun apprend les répliques de tous et ainsi se tient prêt à pallier toute difficulté. Le travail en groupe, ce n’est donc pas lorsque chacun réalise une tâche indépendamment, mais lorsque chacun participe au tout – le projet final – en se tenant au courant de l’avancée du reste ; au lieu d’être une somme de tâches individuelles, c’est une véritable construction commune, en simultané. »

 

N’oubliez pas que vous postulez à une école d’architecture

Cette lettre ne doit pas pouvoir être réutilisée pour d’autres candidatures : il faut que vous parliez de l’école à laquelle vous postulez, et de votre motivation quant au cursus pour lequel vous postulez. Généralement, on conseille l’équilibre suivant :

 

En réalité, la forme est beaucoup plus souple, et ces trois paragraphes sont plutôt adaptés à la recherche d’un job d’été ; pour postuler à un cursus aussi sélectif que celui que proposent les écoles nationales supérieures d’architecture, cette séparation est peut-être trop artificielle.

 

Aussi, nous conseillons de ruser : pour ne pas ennuyer votre lecteur, alternez des passages sur l’école et sur vous : vous pouvez par exemple parler de votre goût pour le croquis de bâtiments anciens pour ensuite en venir à votre désir d’intégrer l’ENSA Versailles, conscient de la possibilité de travailler le dessin d’architecture à l’intérieur même de l’école, qui se situe dans les écuries du château de Versailles. Vous pouvez également insister sur la dimension plastique de votre formation – si par exemple vous avez suivi un bac STI arts appliqués – pour appuyer votre intérêt pour l’ENSA Paris-Malaquais, qui est intégrée aux locaux des Beaux-Arts de Paris et qui de fait vous permet de tirer profiter de ce bain d’arts plastiques pour compléter votre formation en architecture.

 

Une lettre personnelle d’un étudiant imparfait

Ne cherchez pas à vous rendre parfaits dans votre lettre : les obstacles que vous avez rencontrés au cours de votre cursus permettent au jury de voir que vous êtes persévérant ; curieusement, le bon élève sans aspérités peut souvent plaire moins que l’élève au profil scolaire plus fragile mais qui a marqué le jury par sa personnalité.

 

Tout est une question de mesure : soyez original, mais pas trop ; mettez le jury dans la confidence, mais sans oublier qu’il vous faut garder une relation impersonnelle ; parlez de vos défauts et de vos échecs, mais sans omettre de les mettre en lien avec les accomplissements personnels auxquels ils vous ont amenés.

 

Le jury connaît déjà vos notes et votre profil scolaire : pas besoin de vous étaler sur vos notes excellentes ; n’oubliez pas que la lettre de motivation est surtout là pour montrer la partie non-scolaire de votre parcours, celle qui ne peut pas se lire sur des bulletins ou un CV. Aussi, parlez de vos années de Conservatoire, du sport qui vous a permis de vous dépasser, d’un voyage marquant, d’un événement que vous avez organisé (un concert, une pièce de théâtre, une compétition sportive) : et lorsque vous faites mention de ces réalisations, mettez en relief les compétences qu’elles ont sollicitées, et les leçons que vous en avez tiré.

 

Renseignez-vous sur les écoles : parlez avec des étudiants, participez aux portes ouvertes, afin d’ajouter des détails qui montrent que vous ne postulez pas à telle école de la même façon que vous avez postulé aux autres. Vous pouvez faire référence à une discussion le jour des portes ouvertes – cela montre que vous y êtes allés –, à un détail particulier de l’école qui vous donne envie de la rejoindre – l’organisation des études, le contenu pédagogique, la fanfare, les témoignages d’amis qui y étudient.

 

 

Et rappelez-vous : on ne vous demande pas d’être déjà architecte avant d’avoir étudié l’architecture ; sinon, à quoi bon vous servirait cette formation ? Pas besoin de parler d’une passion pour le dessin si elle est fictive ! Le jury recherche des étudiants aux profils variés, qui possèdent une formation généraliste et qui présentent un terrain fertile pour l’apprentissage qui leur sera délivré durant ce cursus d’architecture.