Architektôn

Prépa architecture

À chaque ENSA son projet pédagogique et ses spécificités !

À chaque ENSA son projet pédagogique et ses spécificités !

Sommaire de l'article

Les écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA), au nombre de vingt en France, sont des établissements publics formant au métier d’architecte. Vous vous intéressez de près à ces institutions ? Sachez qu’elles délivrent le même diplôme, mais ne forment pas les étudiants de la même façon. Chacune possède ses spécificités et un projet pédagogique qui lui est propre, porté par le corps enseignant et l’équipe https://www.prepa-architecture.fr/wp-content/uploads/2022/05/darden-mba.jpgistrative.

Il existe certainement autant d’architectes que de manières d’appréhender et de pratiquer l’architecture. Les ENSA nous le montrent car elles ont toutes une vision et une approche différentes de l’architecture. La plupart cherchent à prendre en compte, dans leurs enseignements, le contexte et le territoire dans lesquels elles sont implantées, ainsi que les grands enjeux de notre temps. Alors, en quoi se distinguent-elles les unes des autres exactement ? Architektôn fait le point.

ensa projet pedagogique

L’ENSA Strasbourg

L’ENSA Strasbourg se distingue par une forte ouverture à l’international. Avec plus de 50 programmes d’échanges et de mobilité, les étudiants se voient offrir de nombreuses opportunités de partir à l’étranger durant leurs études. Notez que l’école délivre trois doubles diplômes avec les écoles suivantes : 

  • TU Dresden, en Allemagne ;
  • Karlsruhe IT, en Allemagne ;
  • CAUP Tongji University – Shanghai, en Chine.

C’est la seule ENSA à avoir mis en place autant de doubles diplômes avec des écoles étrangères et elle constitue donc une exception parmi les écoles d’architecture françaises. Les étudiants – germanophones notamment – désireux d’obtenir deux diplômes d’architecture peuvent choisir sans hésiter cette école !

Le parcours de formation de l’ENSAS est également orienté selon trois axes principaux – fixés d’après l’histoire de Strasbourg et les enjeux sociétaux actuels : 

  • “l’histoire de l’architecture, la préservation et les mutations du patrimoine bâti ;
  • la ville, l’aménagement du territoire et les mobilités urbaines ;
  • la maîtrise des ambiances et la gestion des énergies dans l’architecture.”

Ces orientations se retrouvent aussi bien dans les enseignements que dans les travaux de recherche menés par l’école.

L’ENSA Marseille

L’ENSA Marseille a pour ambition de former des architectes conscients des grands enjeux actuels. Elle affiche elle aussi une volonté de prendre en compte les problématiques sociales de notre temps, mais aussi les problématiques et les enjeux régionaux.

Étant implantée à Marseille, ses enseignements sont teintés du contexte euro-méditerranéen de la ville et s’appuient sur “ses acteurs professionnels, ses chercheurs et ses institutions”.

Pour autant, même si l’ENSA Marseille prend particulièrement appui sur la réalité régionale, elle couvre tous les enjeux architecturaux contemporains. Des étudiants de toutes les régions françaises et des pays étrangers pourront y trouver leur bonheur en évoluant dans un milieu différent de celui dans lequel ils ont grandi et en découvrant une nouvelle région et les problématiques qui lui sont propres. C’est l’occasion d’apprendre dans un contexte différent pour avoir de nouvelles perspectives, mais aussi de recevoir un enseignement global sur l’architecture, au même titre que toutes les autres ENSA.

L’ENSA Versailles

Comme ses consoeurs, l’ENSA Versailles prend très à cœur les enjeux contemporains qui seront les problématiques de la prochaine génération d’architectes. Ainsi, ses enseignements sont axés sur deux grandes orientations : 

  • “la transition écologique des milieux habités ;
  • la révolution numérique.”

Comme l’ENSA de Strasbourg, celle de Versailles est très engagée en termes de mobilité internationale des étudiants et cherche à créer des partenariats pour que les élèves puissent partir en échange. Elle est aussi très engagée dans l’engagement associatif des étudiants, c’est pourquoi ses espaces pédagogiques sont en refonte depuis plusieurs années. On peut noter également la co-construction de nouveaux espaces de travail pour donner aux étudiants des lieux dans lesquels ils pourront s’épanouir et créer.

L’ENSA La Réunion

L’ENSA de l’île de la Réunion est particulière en ce qu’elle est en réalité une antenne de l’ENSA Montpellier. C’est la seule école d’architecture francophone présente en outre-mer et la seule école européenne présente dans la zone tropicale.

Comme les autres ENSA, celle de la Réunion cherche à prendre en considération, dans son programme pédagogique, le territoire dans lequel elle est implantée. Étant située entre les deux tropiques, “elle est concernée par le cadre de vie de la plus grande partie de la population mondiale”.

Elle se distingue donc des autres ENSA par sa position géographique très particulière, qui lui permet de relayer des “expressions nouvelles venues du Sud” qui s’opposent aux modèles dominants venus du Nord.

Lors de sa création, l’ENSA La Réunion avait pour objectif de former les jeunes Réunionnais à l’architecture sur place, pour leur éviter un déplacement en Métropole souvent coûteux et une insertion difficile sur un nouveau territoire. Aujourd’hui, plus de trente ans après sa création, cet objectif a largement été réalisé et les chiffres communiqués sur Parcoursup montrent un engouement toujours croissant pour les études d’architecture. En 2022, plus de 300 candidatures ont été envoyées à l’école d’architecture de la Réunion, pour seulement une quarantaine de places disponibles en première année.

L’ENSA Saint-Etienne

Une fois de plus, le projet pédagogique de l’ENSA Saint-Etienne affiche un fort intérêt pour la transition écologique et les problématiques liées à l’environnement, mais aussi pour “la transformation des territoires urbains ou ruraux en mutation, et pour les conditions de vie et d’habitat dans ces situations difficiles”.

Comme l’expliquait Vincent Lassalle, architecte diplômé de l’ENSASE, dans son interview, l’école est tournée vers la réhabilitation et la conversion des bâtiments qui ne répondent plus aux normes architecturales actuelles. Cela s’explique par le passé ouvrier de la ville de Saint-Etienne et sa situation géographique “au sein d’une conurbation urbaine post-industrielle en décroissance, inscrite dans un très grand territoire rural.”

L’ENSA Normandie

L’ENSA Normandie est particulièrement tournée vers la recherche, ce qui lui permet d’enseigner les innovations technique et architecturale. Au sein de cet établissement, l’enseignement du projet architectural se fait en binôme, ce qui marque une approche transversale et interdisciplinaire.

L’école a tendance à orienter son projet pédagogique vers l’existant, le logement, le projet urbain et l’écoconstruction, ce qui permet de répondre une fois de plus aux enjeux sociaux et sociétaux de notre temps, marqués par la transition écologique et l’environnement.

L’ENSA Clermont-Ferrand

L’ENSA Clermont-Ferrand ne se contente pas de porter un projet pédagogique, mais se veut aussi l’illustration de ce qu’est un projet de réhabilitation d’un patrimoine existant. Son bâtiment a fait l’objet d’un projet architectural visant à le reconvertir pour accueillir les locaux de l’école sans le dénaturer. 

Ce sont les notions de “lieux”, de “milieux” et “d’entrelacement des échelles” qui caractérisent le projet pédagogique de l’ENSA Clermont-Ferrand, lequel aborde particulièrement le territoire dans lequel l’école est implantée. L’architecture telle qu’elle est enseignée aux étudiants est focalisée principalement sur le territoire proche de l’ENSA.

En effet, l’équipe pédagogique de l’établissement aborde la question de l’architecture à travers la transformation du cadre de vie. Elle cherche à transmettre avant tout du concret en s’appuyant sur les travaux d’étudiants et de recherche des enseignants-chercheurs ainsi que les actions culturelles de l’école. Ainsi, les étudiants sont amenés à travailler sur de véritables problématiques qui concernent leur territoire et à trouver des solutions réalistes et concrètes lors de leurs cours de projets. Ils participent “à faire émerger des problématiques qui alimentent la réflexion des élus locaux et de l’ingénierie locale”.

L’ENSAP Lille

L’école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille a la particularité de proposer deux formations différentes, l’une en architecture et l’autre en paysage. Elle se distingue donc de toutes les autres ENSA par cette approche interdisciplinaire.

Le sujet majeur abordé dans chacun des cursus reste l’environnement et ses enjeux. L’école part du principe que les problématiques liées à l’environnement impactent le travail à la fois des architectes et des paysagistes, qui ont une responsabilité sociale et écologique. Ainsi, le projet pédagogique de l’école est orienté vers les problématiques et les enjeux environnementaux, à la fois dans les formations mais aussi dans les travaux de recherche.

L’ENSA Paris-Malaquais

L’ENSA Paris-Malaquais est fortement tournée vers la recherche architecturale de par ses trois laboratoires. Son programme pédagogique est conçu pour près de mille étudiants, et orienté vers l’ouverture sur le monde ainsi que sur Paris.

L’école a mis en place plus d’une cinquantaine de partenariats avec des écoles d’architecture et des universités situées aux quatre coins du monde : en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. Elle se distingue par une forte mobilité à l’étranger de par son réseau et les accords qu’elle a conclus avec de nombreux autres établissements.

De par sa situation géographique, en plein Paris, elle a aussi mis en place des partenariats pédagogiques, culturels et scientifiques avec des institutions typiquement parisiennes comme La Monnaie de Paris, le Louvre ou encore la Comédie-française.

Elle cherche à promouvoir et à diffuser l’architecture et tout ce qui s’y rapporte en organisant des événements comme des expositions, des conférences, des colloques, des débats et des publications.

L’ENSA Toulouse

L’ENSA Toulouse présente un lien particulier avec la recherche et l’ingénierie. C’est la seule à proposer un double parcours architecte et ingénieur, ainsi qu’une préparation au concours d’architecte urbaniste de l’Etat.

Très en lien avec le territoire dans lequel elle s’inscrit, l’école a développé des partenariats avec les acteurs locaux et les collectivités territoriales autour de problématiques à la fois architecturales et urbaines.

L’ENSA Paris-La Villette

Cette école d’architecture est celle qui accueille le plus grand nombre d’étudiants de tout le réseau des ENSA. Elle se veut être une “école ouverte à tous” et sélectionne pour cela des profils divers et variés.

L’approche de l’architecture de l’ENSAPLV est tournée vers les sciences humaines ainsi que les arts plastiques et visuels. Sa vision consiste aussi à mettre l’accent sur l’ouverture à l’international pour permettre aux étudiants de partir en échange à l’étranger par le biais de multiples partenariats (plus d’une centaine à ce jour). C’est le meilleur moyen pour les élèves de faire face à de nouveaux contextes et milieux urbains. Cette volonté d’internationalisation se retrouve également dans le corps enseignant : de nombreux professeurs de l’ENSAPVL viennent de l’étranger.

L’école a pour ambition de faire évoluer l’architecture, l’urbanisme et le paysage grâce à ses travaux de recherche. Elle est aussi très ouverte au développement durable.

L’ENSA Paris-Est Marne-la-Vallée

L’école d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est accorde, comme son nom l’indique, une grande importance aux territoires. Ses enseignements découlent de l’idée que concevoir et bâtir un édifice ne peut se faire que dans la compréhension et la transformation de l’environnement qui l’entoure.

Les enseignements dispensés par l’ENSA Paris-Est prennent en considération tout le périmètre qui entoure les projets d’architecture, et pas seulement le bâtiment en lui-même. L’école se définit ainsi comme “une école d’architecture au sens le plus large possible, qui ferait volontiers la synthèse de l’urbanisme, de l’architecture, du paysage, du tracé des chaussées, des soutènements, de la gestion des niveaux et bien sûr des réseaux”.

La situation géographique de l’établissement, en région parisienne, permet d’aborder toutes les problématiques actuelles liées à l’urbanisme et les enjeux contemporains auxquels sont confrontés les architectes d’aujourd’hui.

L’ENSA Paris-Val de Seine

Cette ENSA, l’une de celles qui accueillent le plus d’étudiants en architecture chaque année, se distingue par son approche pluridisciplinaire de l’architecture.

Elle est résolument tournée vers l’international, et s’attache à recruter des professeurs venant d’horizons différents pour que les élèves puissent expérimenter diverses visions et approches de l’architecture. Cela se voit dans son offre pédagogique, qui est très diversifiée.

L’école a créé un réseau très fort de partenaires, aussi bien en France qu’à l’étranger. Ainsi, elle est associée à l’université de Paris par décret, mais est aussi partenaire de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, de l’Institut national des langues et civilisations orientales, de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations et de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

Dans le cadre du programme Erasmus+, l’ENSAPVS s’est liée par convention avec plus de 30 écoles et universités. Elle a également signé des conventions de mobilité avec plus d’une quarantaine d’établissements hors programme Erasmus.

L’ENSA Lyon

L’ENSAL est l’héritière de l’école royale de dessin fondée au XVIIIe siècle. Elle a été établie en 1906, dans ce qui est aujourd’hui le cœur de la Métropole de Lyon, théâtre de mutations et de transformations urbaines. Sa situation exceptionnelle et son partenariat avec la ville de Vaulx-en-Velin permettent aux étudiants de l’école de travailler sur des problématiques urbanistiques par le biais de projets sur le terrain. Ces réflexions sont importantes pour l’école, qui s’impose comme un véritable centre de recherche et d’innovation dans la région.

Cette localisation à Lyon n’est pas la seule à influencer le travail réalisé par l’établissement, puisque l’ENSAL partage aussi son campus de Vaulx-en-Velin avec l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat (ENTPE). Les deux écoles s’influencent et collaborent dorénavant entre elles par le biais du double cursus architecte-ingénieur et ingénieur-architecte. Elles ont aussi créé conjointement le campus des métiers et des qualifications “Urbanisme et construction, vers la ville intelligente”.

L’ENSAP Bordeaux

Cette école est particulière en ce qu’elle est non seulement une école d’architecture, mais aussi de paysage. Elle propose donc un cursus en architecture et un cursus en paysage pour préparer respectivement au diplôme d’Etat d’architecte et au diplôme d’Etat de paysagiste. Grâce à ces deux programmes, l’école rapproche les deux disciplines et montre leur interconnexion.

Les études d’architecture sont centrées sur le projet architectural, qui se trouve au cœur des enseignements. Les acquis théoriques sont mis en pratique à l’occasion du projet, qui permet de synthétiser les connaissances et de s’y confronter.

L’ENSAP Bordeaux met l’accent aussi sur “le développement durable, la prise en compte des risques majeurs, la réhabilitation et les interventions sur le bâti existant”. Elle est également tournée vers la recherche grâce à un parcours spécifique qui permet d’obtenir son diplôme d’Etat d’architecte avec la mention “Recherche”.

L’ENSA Montpellier

L’ENSA Montpellier a à cœur l’intégration professionnelle de ses étudiants. Pour cela, elle donne une grande importance aux stages, qui doivent être réalisés tout au long du cursus, à la mobilité à l’international, mais aussi à la pratique (les étudiants sont amenés à participer à des concours pour réaliser des projets concrets et expérimenter).

Notons aussi que les professeurs de l’ENSA sont tous des architectes praticiens. Tous ont des profils et parcours différents pour enrichir la formation et la culture de leurs élèves. De plus, le format des cours est très diversifié : en plus des cours magistraux, très théoriques, on retrouve évidemment des ateliers, mais aussi des travaux dirigés, des séminaires et conférences, ainsi que des temps de rencontre.

Pour supporter cette vision de l’enseignement basée vraiment sur la pratique et la professionnalisation, les étudiants de l’école ont accès à un laboratoire de fabrication numérique, La Fabrique, ainsi qu’à un atelier permanent ouvert 24h/24.

L’ENSA Paris-Belleville

Comme de nombreuses autres ENSA du réseau, l’ENSAPB est très ouverte à l’international. Elle accueille près de 20 % d’élèves étrangers et a conclu plus de 70 partenariats avec des établissements partout dans le monde.

L’enseignement de l’ENSA Paris-Belleville met le projet architectural au centre des études d’architecture. C’est le moyen pour les étudiants de mettre en pratique leurs connaissances théoriques et de concevoir toutes sortes de bâtiments : équipements publics, projets urbains, etc. à plus ou moins grande échelle. Au sein de l’école, le projet représente ainsi 50 % des enseignements.

Fondée par la scission avec l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, l’ENSA Paris-Belleville est née en 1969. Le dessin à la main et les arts plastiques y tiennent une place d’importance, tout comme l’informatique, car ces outils permettent aux étudiants de pouvoir représenter l’espace et les volumes. L’accent est donc mis sur la maîtrise des moyens de représentation comme le dessin.

L’ENSA Nantes

L’ENSA de Nantes, bien implantée sur son territoire, se place comme “un acteur privilégié et majeur de l’île de Nantes”. Elle fait valoir le lien qu’elle entretient avec sa région, notamment à travers ses enseignants, la Maison Régionale de l’Architecture des Pays de la Loire et l’Ordre des Architectes.

La grande particularité de l’ENSA réside dans les partenariats qu’elle a conclus avec les autres grandes écoles de Nantes. Ainsi, une alliance a été mise en place dès 2014. Celle-ci regroupe, en plus de l’ENSA Nantes, l’Ecole Centrale de Nantes et Audencia Business School. Cette alliance permet de réunir architecture avec management, ingénierie et relations avec les entreprises, sans compter le réseau international des trois établissements.

Citons aussi l’Institut Ville & Architecture (IVA), auquel appartiennent l’ENSA Nantes et l’Ecole Centrale de Nantes. L’IVA propose des parcours de formation s’adressant aux architectes et ingénieurs déjà en activité. Il s’agit de leur apporter des outils scientifiques et managériaux dans le cadre de leur travail dans l’aménagement.

La proximité de l’ENSA Nantes avec de grandes écoles l’a poussée à conclure des partenariats visant à compléter le cursus d’architecte avec des formations complémentaires.

L’ENSA Grenoble

L’ENSAG a développé des domaines de compétences particulier, notamment grâce aux travaux de recherche qui y sont conduits : “architecture, ville et territoire face aux défis d’une société plus soutenable ; édifice, ville et paysages post-carbone ; fabrique ordinaire des cadres de vie ; penser et concevoir l’architecture, la ville et les paysages : références, précédents et modèles”.

Notons qu’elle s’inscrit dans un territoire sur lequel elle est bien implantée grâce à ses liens et collaborations avec les collectivités, les parcs nationaux et les parcs naturels ou encore les entreprises locales. Elle fait partie de l’Établissement Public Expérimental (EPE) Université Grenoble Alpes (UGA), fondé en janvier 2020 avec l’ex-université UGA, Grenoble INP et Sciences Po Grenoble.

L’établissement est particulièrement tourné vers la recherche. Il possède trois équipes réparties entre les pôles Sciences sociales et Sciences humaines et sociales.

L’ENSA Nancy

L’école cherche à favoriser la solidarité entre étudiants, et pour cela multiplie les projets à réaliser en groupes ou en binômes. Elle supporte une vision du projet architectural “situé”, c’est-à-dire contextualisé. L’implantation de l’école dans la région Grand-Est fournit de grandes opportunités aux étudiants de réaliser des projets architecturaux de tout type et de toute échelle : des projets ruraux comme urbains.

L’ambition de l’ENSA Nancy est de permettre aux étudiants de trouver leur voie et de s’engager vers des systèmes plus durables et plus responsables, d’un point de vue environnemental comme sociétal.

Avant la crise sanitaire, l’établissement portait déjà une thématique sur la santé et, depuis les confinements successifs, met d’autant plus l’accent sur la transition sanitaire. Les besoins des usagers sont pris en compte pour concevoir des espaces, et notamment les besoins de la population vieillissante, qui constituent des enjeux nouveaux pour les architectes. De même, le numérique est une part importante de l’enseignement.

L’ENSA Bretagne

Cette école d’architecture est la plus ancienne de province après Rouen. Située à Rennes, elle a été créée en 1905. À l’époque, elle était rattachée à l’école des beaux-arts de Paris et n’en a été séparée qu’en 1968.

L’ENSAB accorde beaucoup d’importance à la recherche et rassemble tous ses chercheurs au sein du GRIEF, son équipe. Elle offre par ailleurs un parcours recherche aux étudiants de master. Celui-ci est sanctionné par la délivrance du diplôme d’Etat d’architecte mention recherche.

Vous envisagez une carrière d'architecte ?

Nos professeurs, issus des meilleures écoles d'architecture, peuvent vous orienter. Recevez des conseils d'experts !

Vous envisagez une carrière d'architecte ?

Nos professeurs, issus des meilleures écoles d'architecture, peuvent vous orienter. Recevez des conseils d'experts !

Vous avez aimé cet article ? Découvrez nos autres articles sur le monde de l’architecture

Architektôn

Prépa architecture

Prépa Architektôn
Quartier du Marais : 11 rue du Perche, 75003 – Paris

Nous recevons les visites sur rendez-vous